Votre enfant a peur de dormir seul ? Fait-il de cauchemars ? Comment l’aider ?

Tout d’abord, il est important de comprendre la peur de votre enfant et le message qu’elle essaie de vous transmettre…

A travers les volets, des rais de lumière entrent dans la chambre et font des taches sur le papier peint. Le lampadaire de la rue éclaire les arbres. Le vent secoue les branches. Ces ombres mouvantes peuvent devenir terrifiantes pour un enfant qui ne sait pas de quoi il s’agit. Maman ou papa prend son petit dans les bras, ouvre les volets, regarde longuement avec lui les branches osciller sous le vent devant le lampadaire. Puis ils referment les volets et observent les ombres. Maman ou papa se couche quelques minutes auprès de l’enfant qui se rendort….

Pour dormir, on a besoin de se sentir en sécurité. Aller voir l’enfant quand il appelle lui donne de la sécurité. L’enfant sait alors qu’il peut compter sur ses parents. Une petite veilleuse peut rester allumée pour qu’il se repère plus facilement dans l’espace et perçoive mieux les contours réels des objets s’il se réveille au milieu de la nuit, mais elle ne remplace pas la présence du parent.

Dormir, c’est aussi lâcher le contrôle, se laisser aller, entrer dans un autre monde, rêver ou peut-être risquer de faire un cauchemar… On aime y être accompagné.

Après l’histoire, un massage aide au sentiment de sécurité et assure une bonne nuit. Être touché, caressé, donne l’impression d’être contenu. C’est rassurant de sentir les contours de son corps.

Le coucher est un moment privilégié pour parler de ce qui s’est passé pendant la journée, de parler de ses émotions ressenties, clore les questions en suspens, confier ses soucis.

A-t-il des cauchemars ? Y a -t-il dans la chambre un objet qui se transforme la nuit ? Sa veilleuse fait-elle une ombre suspecte ?

SOYEZ ATTENTIF ! Peut-être est-il simplement en train de vous dire qu’il a besoin de vous auprès de lui. Ce n’est pas un « caprice », c’est l’expression d’un BESOIN ! En vous couchant quelques minutes à son côté, vous lui donnez un sentiment de sécurité qui l’accompagnera sa vie durant. En refusant de satisfaire sa requête, vous l’obligez à se confronter seul au noir, au passage vers le sommeil. Il apprendra certes à s’endormir tout seul, mais en utilisant une énergie psychique qui du coup ne sera plus disponible pour d’autres acquisitions. Les angoisses d’abandon refoulées peuvent notamment être à l’origine de retards dans l’acquisition du langage, de difficulté à articuler, ou à prononcer certains syllabes…

Les terreurs nocturnes, qui réveillent l’enfant effaré en pleine nuit, disent les émotions mal gérées de la journée.

Ceci dit, vous pouvez faire appel à la sagesse des plantes pour l’aider à s’apaiser. L’huile de camomille noble est magique pour cela. Comment l’utiliser ? Vous pouvez faire un petit massage du dos et des pieds en utilisant comme base l’huile d’amande douce où vous mettrez quelques gouttes de camomille noble. Appliquez une goutte de cette huile pure sur son plexus solaire (au niveau de son estomac). Vous pouvez aussi, utilisez l’eau florale de camomille noble enrichie d’huile essentielle pure (environ 5 gouttes pour 50 ml d’eau florale) que vous allez la répandre dans la chambre de votre enfant à l’aide d’un spray quelques minutes avant qu’il aille au lit. Tout cela aidera à s’apaiser, mais surtout n’oubliez pas votre pleine présence et le câlin plein d’amour… 😉

Sherlla Oliveira – Thérapeute et formatrice

www.objectif-plenitude.com

source : Au cœur des émotions de l’enfant d’Isabelle Filliozat