Pourquoi guérir son l’enfant intérieur blessé ?

Les expériences dans la période de vie adulte ne sont que des répétitions des expériences vécues pendant l’enfance.

Nous avons tous vécu au cours de notre enfance des situations qui ont été traumatisantes parce qu’elles ont été trop violentes ou incompréhensibles pour les enfants que nous étions.

Ces expériences traumatisantes font qu’une partie en nous se fige, se pétrifie. C’est comme si nous continuions de grandir avec cet enfant traumatisé et ses émotions enkystées à l’intérieur de nous.

Pourtant, le refoulement des émotions douloureuses a un lourd prix à payer, les émotions non évacuées et enkystées sont en quelque sorte comme un poison énergético-émotionnel qui diffuse ses substances toxiques très lentement à l’intérieur de l’individu, en mettant en péril son écologie globale physique et psychique.

Beaucoup de personnes confrontées à des envahissements émotionnels ou bien à des comportements qu’elles ne peuvent contrôler et dont elles disent : « C’est plus fort que moi, je ne peux m’en empêcher », ressentent une grande culpabilité et un profond malaise de vivre comme « anormales, voire folles, victimes d’une fatalité arbitraire, tout en étant dans l’incapacité de comprendre ce qu’elles vivent et de donner un sens positif qui leur offre des perspectives d’avenir constructives.

Il existe un « enfant blessé » à l’intérieur de nous.  Cet « enfant blessé » peut rester pendant très longtemps endormi, oublié, parce que le souvenir de certaines expériences traumatisantes serait trop parasitant pour que l’enfant puisse continuer de grandir.

Mais après de nombreuses années, ces émotions enkystées qui n’ont pas pu s’évacuer doivent être libérées, l’enfant blessé va alors être réveillé par des situations, des évènements qui ressemblent à l’expérience traumatisante qu’il a vécue.

La personne adulte va se mettre à ressentir les émotions, à répéter les comportements de l’enfant qui a vécu le traumatisme, sans en être consciente, bien sûr, en ne comprenant pas pourquoi elle ressent ces émotions, pourquoi elle réagit de la sorte.

Cela peut être très angoissant et culpabilisant, cela peut donner l’impression de ne pas être normal ou de devenir fou, de devenir malade, alors qu’en fait la personne est en train d’essayer de se libérer des émotions qui se sont enkystées au moment de l’expérience traumatisante.

La personne tente de se guérir de ce traumatisme. L’enfant intérieur blessé appelle au secours pour être délivré de ses oubliettes.

C’est ce même phénomène qui se produit pour ce que l’on appelle communément des dépressions, il s’agit de remontrées, très fortes et soudaines, de mémoires émotionnelles d’expériences traumatisantes.

Ces remontées de mémoires émotionnelles sont souvent déclenchées par un évènement de la vie présente tel qu’un décès, une séparation amoureuse, un divorce, la naissance d’un enfant, une agression physique ou sexuelle, qui vient donc réactiver le vécu de l’expérience traumatisante de la prime enfance.

Ce que l’on appelle habituellement une dépression, ce n’est donc pas, comme on l’entend souvent dire, une maladie, mais au contraire une tentative d’auto-guérison spontanée par rapport à une expérience traumatisante de l’enfance qui a pu être par ailleurs totalement oubliée par la personne.

Comprendre ce phénomène psycho-émotionnel peut être très libérateur.

Pour pouvoir guérir/libérer cet enfant intérieur blessé, il faut d’abord aller à sa rencontre, identifier le traumatisme qui l’a blessé pour ensuite entamer le travail de guérison, de mise en paix.

Comment savoir si votre enfant intérieur blessé se réveille ?

Voici quelques manifestations des blessures de l’enfant intérieur :

  • « C’est plus fort que moi, j’peux pas m’en empêcher. »
  • Se retrouver dans l’incapacité de faire ce qu’habituellement nous savons très bien faire.
  • Avoir une réponse émotionnelle disproportionnée, irrationnelle et déconnectée par rapport au contexte de la situation.
  • Se retrouver régulièrement dans le même genre de situations désagréables ou insupportables (accidents, événements, maladies sur lesquels on pense ne pas avoir de prise)
  • Être régulièrement confronté aux mêmes réflexions, propos, comportements désagréables ou insupportables de la part des autres.
  • Rencontrer « tout le temps » le même genre de personnes que l’on a du mal à supporter.
  • Rencontrer « tout le temps » le même genre de partenaire dans sa vie amoureuse et répéter le même scénario.

En effet, ce n’est pas tant la nature d’un événement qui est traumatisante mais la façon subjective dont il est vécu. C’est donc en grande partie en fonction de la subjectivité avec laquelle l’événement est vécu qu’il est traumatisant ou pas.

Lorsque l’enfant intérieur blessé est retrouvé, le travail le plus difficile est accompli. Mais le travail ne s’arrête pas là ! Pour sortir du cercle vicieux de nos souffrances il faut trouver les ressources pour mettre cet enfant en paix et vivre sa vie d’adulte, ici et maintenant, épanouie.

Sherlla Oliveira

Thérapeute et formatrice

www.objectif-plenitude.com