Le perfectionnisme est une arnaque !!!

Combien parmi nous aimerions que les choses soient parfaites, que les soucis n’existent pas, que les gens soient toujours aimables, que les choses de déroulent sans contretemps, que NOUS SOYONS PARFAITS ! Quelle illusion… nous gaspillons tellement d’énergie à vouloir ce qui ne peut exister à la place de nous sentir complet avec ce qui est.

Carl Gustav Jung s’est lui aussi posé la question sur le bonheur et à ses yeux, « être complet » s’oppose en tout premier lieu à « être parfait ». Il s’agit de conquérir et d’assumer notre entièreté bien plus que de retrancher tout ce qui dépasse afin de sacrifier aux exigences sans fin du perfectionnisme. Jung lui-même s’efforçait toujours de suivre cette ligne de conduite : «  j’ai comme principe : « Juste ciel, ne sois pas parfait, mais par tous les moyens, tends vers la complétude, quel que soir ce que cela signifie « !

Le perfectionnisme est un redoutable ennemie de la vie psychique. Il est responsable de la quasi-totalité des burn-out et d’un bon nombre de dépressions. Il nous pousse à la honte à l’autodénigrement, nous enjoint de courir sans cesse après des buts imaginaires, et ses injonctions intériorisées nous parlent en un constant dialogue intérieur, sapant notre confiance en soi et élargissant  notre faille narcissique… Aux yeux de notre perfectionniste intérieur comme du perfectionniste extérieur mis en place par les exigences d’une société basée sur la compétition, tous nos efforts ne seront jamais « ASSEZ ».

Toutefois, le perfectionnisme diffère de la recherche de l’excellence. Le perfectionnisme n’a rien à voir avec la croissance et l’épanouissement harmonieux. Le perfectionnisme est un mouvement défensif. Il fait croire qu’en agissant parfaitement et en ayant l’air parfait, on peut minimiser ou éviter la souffrance du reproche, du jugement et de la honte ».

Une autre différence à faire est que le perfectionnisme d’na rien à voir avec le fait de devenir meilleur. En effet, l’essence du perfectionnisme est de tenter d’obtenir l’approbation d’autrui. La plupart des perfectionnistes ont grandi en étant loués pour leurs comportements et leurs accomplissements (diplômes, manières, obéissances aux règles, apparence, performance sportives). Quelque part en chemin, ils ont adopté ce dangereux et débilitant système  de croyance : « Je suis ce que j’accomplis et la manière dont je l’accomplis. Faire plaisir. Accomplir. Parfaire ». En réalité et à l’inverse de ce que l’on nous raconte, « le perfectionnisme n’est pas la clé du succès. Au contraire, les recherches montrent que le perfectionnisme freine l’accomplissement. Le perfectionnisme est corrélé avec la dépression, l’anxiété, la toxicomanie, la paralysie affective et les occasions manquées.

En définitive, le perfectionnisme apparait comme étant une forme subtile de la honte. « Si j’ai l’air parfait et que je fais tout parfaitement, je peux éviter ou atténuer les sentiments douloureux de honte, de jugement et de reproche. »

Le perfectionnisme est autodestructeur tout simplement parce que la PERFECTION N’EXISTE PAS. C’est un BUT INACCESSIBLE. »

Pour notre mieux-être, il est indispensable de renoncer à notre système de pensée asservissant, tout simplement parce que le PERFECTIONNISME EST UNE ARNAQUE ! Et la seule façon de se libérer de ce chantage perpétuel consiste à sortir volontairement du cercle en renonçant à être parfait, pour n’en devenir que plus complet…

Source : Découvrir et accueillir sa part d’ombre de Mireille Rosselet-Cap

Adaptation : Sherlla Oliveira – Thérapeute et formatrice