Que sentez-vous en ce moment précis? Quelle émotion vous habite là? Si c’était possible de  chiffrer ce que vous ressentez entre 0 (rien) et 10 (très fort), à combien mettriez-vous? Comment savez-vous que c’est cette émotion là? Prenez un instant ressentir cette sensation dans toute sa splendeur.

A propos, comment respirez-vous en ce moment? Sentez-vous vos battements cardiaques? Aurait-il d’autres sensations dans votre corps présentement? Papillons dans le ventre, nœud dans la gorge…?

design

Que vous soyez chef d’entreprise, fonctionnaire, ouvrier, étudiant, femme au foyer, retraité… le succès de votre vie est étroitement lié à la gestion de vos émotions.

Bien que les émotions fassent partie de notre vie, que nous ressentions ses effets et ses conséquences, malheureusement nous n’avons pas appris à bien les identifier pour pouvoir mieux les gérer. Pendant longtemps les émotions ont été considérées comme des phénomènes passionnels, susceptibles d’entraver le bon fonctionnement de la raison. Encore de nos jours cette croyance fait partie de notre société.

Au sein des institutions, entreprises, établissements scolaires et même certaines familles les émotions n’ont pas nécessairement leurs places. La dichotomie émotion versus raison nos empêche d’adapter nos comportements aux situations. Et pourtant, les émotions sont d’une très grande importance pour la raison, puisqu’elles nous guident constamment dans nos choix.

Mais qu’est-ce qu’une émotion? Dans son livre « Les compétences émotionnelles » l’auteur M. Mikolajczak la définit comme un phénomène à multiples facettes, dont certaines sont parfaitement objectivables comme: l’activité neuronale, l’activation physiologique (augmentation du rythme cardiaque), les pensées qui traversent l’esprit, les sensations corporelles (ex. boule dans le ventre), l’expression faciale (expression de peur, rougissement dû à une gêne…), la modification de la posture (retrait, etc.).

Les émotions sont des états passagers provoquées par un stimulus interne (par ex. une pensée) ou externe (voir un reportage qui vous met en colère) ou encore par une situation (ex. je pars en vacances dans 2 jours et je me sens euphorique). Le sentiment est plutôt un mélange d’émotions et qui dure plus long temps (ex. rancœur).

Chaque émotion aura une manifestation physiologique spécifique. Par exemple: la peur va augmenter le rythme cardiaque et le sang va se diriger vers les jambes (d’où l’envie de fuir), la colère va diriger le flux sanguin vers les mains (d’où l’envie de frapper).

D’où les questions au début du texte afin de vous inviter à vous reconnecter à votre corps physique, mental et émotionnel.

Selon l’Analyse transactionnelle d’Eric Berne, les émotions de base sont: la joie, la peur, la tristesse, la colère. Bien sûr qu’il existe tout en tas d’autres émotions dérivées de ces émotions de base comme: l’excitation, la frustration, la déception, le stress, l’énervement, la confusion, l’angoisse, etc.

Mais à quoi servent nos émotions? En effet, les émotions collaborent avec notre inconscient qui veut faire passer un message à notre conscience. Donc elles sont TOUJOURS porteuses d’un message. Ces messages informent l’individu sur la réalisation de ses objectifs (ex. la peur de rater un examen qui l’empêchera d’avoir son diplôme) et sur la satisfaction de ses besoins (ex. joie d’être avec mes amis afin de répondre mon besoin de contact).

Une émotion est également une incitation à l’action, dont sa fonction est de faciliter l’adaptation de l’individu à son environnement. Elle guide le comportement de l’individu pour qu’il puisse agir vite et bien (la peur facilite la fuite, la colère encourage l’individu à lutter pour se défendre, la tristesse aide à supporter une perte douloureuse, l’amour stimule le partage, le prendre soin…).

Les émotions sont encore indispensables lors de la prise de décisions. Le développement des compétences émotionnelles s’avère d’une importance capital afin de prendre des décisions avantageuses pour l’individu et son entourage (lors d’un moment de colère nous sommes capables de claquer la porte du bureau de notre chef sans réfléchir aux conséquences professionnelles, familiales et financières).

Ainsi, l’intelligence émotionnelle importe autant que QI. Pour une vie épanouie, il est nécessaire d’harmoniser la tête et le cœur.

Mais qu’est-ce que c’est l’intelligence émotionnelle? En effet, elles désigne notre capacité à reconnaître nos propres sentiments et ceux des autres, à nous motiver nous-mêmes et à bien gérer nos émotions en nous-mêmes et dans nos relations avec autrui.

Les compétences émotionnelles sont :

1) Identification: c’est être capable d’identifier ses propres émotions. S’évaluer soi-même avec réalisme et posséder une solide confiance en soi (ex. j’ai peur en ce moment).

2) Compréhension: c’est comprendre la cause et les conséquences de ses émotions (ex. ma colère est lié à mon besoin de compréhension, si je claque la parte je risque de perdre mon travail ).

3) Régulation: gérer nos émotions de façon qu’elles facilitent notre travail. C’est récupérer rapidement d’une perturbation émotionnelle (ex. je sens le stress avec un examen mais je suis capable de le gérer afin de pouvoir faire de mon mieux).

4) Motivation: utiliser nos envies les plus profondes comme GPS qui nous guide vers nos objectifs, nous aide à prendre des initiatives, à optimiser notre efficacité et à persévérer malgré déceptions et frustrations.

5) Empathie: c’être capable de comprendre les émotions d’autrui avec bienveillance sans jugement ni critique, juste observer.

L’habilité à reconnaître et à décrire ses émotions et celles des autres est une habilité qui se développe. Elle n’est pas innée. Le processus pour la développer consiste en la transition d’un traitement inconscient à un traitement conscient de ce que nous ressentons.

Ces compétences émotionnelles vont amener l’individu vers une intelligence relationnelle, c’est à dire, vers des rapports humains harmonieux et respectueux en réagissant avec tact pour régler les différends.

Lesquelles  de ces compétences vous possédez le plus? Lesquelles vous devez améliorer? Que faites-vous pour gérer votre stress? Comment manifestez-vous la colère? Comment vivez-vous la colère d’autrui?

Les réponses à ces questions vous invitent à une introspection. Il est primordial de pouvoir se reconnecter à soi pendant quelques instants de la journée, de faire un check-up de son état émotionnel.

Quand nous mettons une destination sur notre GPS, il doit d’abord identifier notre position de départ n’est-ce pas? C’est la même chose pour nos émotions, d’abord il faut identifier où je me situe pour pouvoir décider où je veux arriver (ex: là je me sens stressé à 9/10 et je veux que ce stress diminue à 2/10). C’est seulement après que le GPS nous donnera des chemins possibles (avec ou sans péage, avec ou sans déviation etc.). Après cette identification vous pourrez envisager « les chemins » à prendre pour arriver à votre destination, c’est-à-dire, les comportements que vous permettront de diminuer votre niveau de stress, de colère.

Enfin, nous avons remarqué qu’il est indispensable d’identifier pour pouvoir gérer nos émotions. Mais comment pouvons-vous bien les gérer? En effet, nous avons en notre possession un moyen très efficace et puissant pour les gérer: la respiration! Utiliser notre respiration afin de sentir l’émotion dans toute sa puissance, de prendre le temps afin d’agir et non de réagir instantanément.

Voilà un outil à la portée de tout un chacun, efficace et gratuit. Et pourquoi nous ne l’utilisons pas ? Car nous sommes déconnectés de nous même, nous sommes conditionnés à culpabiliser l’autre par nos états émotionnels et à utiliser un langage déresponsabilisant.

Encore faut-il apprendre à bien respirer pour masser et oxygéner nos organes et notre cerveau qui nous permettra de bien réfléchir avant d’agir. Une respiration relaxante est profonde et calme, elle utilise non seulement les poumons mais aussi abdomen (voir notre vidéo sur la Cohérence cardiaque).

Et si on mettait une autre destination sur notre GPS émotionnel ça serait…?

 

Texte de Sherlla Oliveira

Experte en stratégies du changement